EnJustice.fr

Qui dit Impôt dit Duflot

Vigilance Météo

Vigilance Météo France

Polynésie : Ouverture d’un nouveau point d’accueil de la PJJ

Mardi 7 août, une convention a été signée entre la protection judiciaire de la jeunesse et le gouvernement polynésien à Papeete, capitale du territoire ultra-marin. Son objet : l'ouverture d'un point d'accueil de la protection judiciaire de la jeunesse au Centre des jeunes adolescents de Teva I Uta, commune du littoral sud de l'Île de Tahiti.

Point d'accueilLe challenge est de taille. La Polynésie française a la particularité d’être un territoire aussi grand que l’Europe. Le défi : ajuster, au mieux, l’intervention des professionnels du Service territorial éducatif de milieu ouvert (Stemo) à la géographie de cette collectivité d’Outre-Mer. Pour ce faire, il était nécessaire de rester proche des zones les plus impactées par la délinquance des mineurs.

Deuxième objectif : mutualiser les moyens ainsi que les compétences de l’État et du pays, en matière d’insertion des jeunes sous main de justice.

 

accueilUn nouveau point d’accueil au sud de l’île

Un premier point d'accueil a été ouvert sur Moorea, en janvier 2017 (voir carte). Il fallait maintenant couvrir le sud de l'île de Tahiti, car les transports en commun y sont très peu développés. Les mineurs suivis par la PJJ ne venaient donc pas au Stemo de Papeete, ou très difficilement.

Une convention a donc été signée, le 7 août, entre le Centre des jeunes adolescents de Teva I Uta et la PJJ. Elle prévoit la mutualisation des moyens respectifs de la PJJ et du centre, ainsi que l’accueil des mineurs sous main de justice au sein de ses locaux.

L’objectif de cette convention est double : proposer des activités d’insertion aux mineurs en conflit avec la loi et mener des opérations de sensibilisation, de prévention de la délinquance auprès des élèves du Centre des jeunes adolescents.

 

cQu’est-ce que le Centre des jeunes adolescents (CJA) ?

Le Centre des jeunes adolescents de Papeari peut accueillir jusqu’à 40 élèves, à partir de 12 ans. Ils peuvent y rester quatre à cinq ans, pour s’insérer dans la vie active ou poursuivre des études.

Le centre propose des activités de menuiserie, métallerie, artisanat, horticulture et prochainement cuisine. Un professeur des écoles, mis à disposition par la Direction générale de l'éducation et de l'enseignement (DGEE), prépare également les jeunes au Certificat de formation générale (CFG).

Il accueillera, maintenant, une quinzaine de jeunes en conflit avec la loi. La convention signée le 7 août prévoit leur encadrement par deux éducateurs du Stemo de Papeete et un jeune de la commune recruté comme  service civique.

 

Droit à l’erreur : ce qui change pour les entreprises

Proposer "une administration de conseil et de service", c'est l'objectif visé par la loi sur un État au service d'une société de confiance.