Présidentielle 2022 : large participation des personnes détenues

Les personnes détenues ont été nombreuses à exercer leur droit de vote lors des deux tours de l'élection présidentielle 2022. La mobilisation des personnels du ministère de la Justice et la réforme des modalités de vote en détention y ont notamment contribué.

Dépouillement au ministère de la Justice pour l'élection prsidentielle 2022  L. MERESSE/DICOM/MJ

 

Plus de 10.000 personnes détenues ont voté au premier et au second tour de l’élection présidentielle. Soit une participation qui atteint un peu plus de 20 %, lors des deux tours (contre à peine 2 % lors de la présidentielle de 2017). Les votants se sont surtout exprimés par correspondance au sein de leur établissement pénitentiaire – une première pour une élection présidentielle –, en donnant procuration ou grâce à une permission de sortir. Historiquement, en effet, les personnes détenues ne pouvaient exercer leur droit de vote que selon ces deux modalités : l’obtention du permis de sortir pour voter à l’urne ou la procuration. Et la participation restait alors souvent très faible.

Une nouvelle modalité de vote par correspondance

Le vote par correspondance, institué dans la loi en 2021 après une expérimentation aux élections européennes de 2019, a considérablement fait décoller la participation. Cette modalité de vote a concerné lors de l’élection présidentielle plus de 93 % des votants d’un scrutin qui a eu lieu en établissement pénitentiaire une semaine avant tout le monde. Les bulletins de vote ont ensuite été acheminés au bureau de vote unique situé au siège du ministère de la Justice, place Vendôme, pour y être dépouillés.

>> Lire aussi : Comment s'organise le droit de vote des personnes détenues ?

Une large mobilisation des personnels

C’est un choix assumé de la part des pouvoirs publics de favoriser la citoyenneté en détention pour encourager l’insertion et la réinsertion des personnes détenues en leur permettant l’exercice de leurs droits et d’accomplir leurs devoirs. L’administration pénitentiaire s’est beaucoup investie depuis de longs mois pour accompagner les personnes détenues dans leurs démarches administratives d’inscription sur les listes électorales, les sensibiliser à l’importance de l’exercice du droit de vote et organiser les opérations de vote en détention dans les conditions prévues par la loi.

Avec pour points d’orgue les dimanches 10 et 24 avril, pendant lesquels plus de 190 agents de l’administration pénitentiaire mais également des services judiciaires et de la protection judiciaire de la jeunesse se sont portés volontaires pour enregistrer et dépouiller les votes faisant de la chancellerie, place Vendôme à Paris, le plus gros bureau de vote de France ! « Cette large mobilisation des personnes détenues pour exercer leur droit de vote est une belle réussite pour l’administration pénitentiaire, s'est réjoui son directeur, Laurent Ridel. Je félicite vivement tous les personnels qui se sont engagés depuis presque un an pour accompagner et sensibiliser les personnes qui nous sont confiées. »

Lors des prochaines échéances électorales, les élections législatives des 12 et 19 juin 2022, les personnes détenues pourront bénéficier du même type d’accompagnement pour participer à ce nouveau rendez-vous électoral.

Leave a Reply