• Conférence de presse immobilière nationale 2020 jeudi 10 décembre 2020
    La conférence de presse annuelle sur le marché immobilier en 2020 en France s'est tenue, ce jeudi 10 décembre en visioconférence.Me David Ambrosiano, Président du Conseil supérieur du notariat et Me Peggy Montesinos, Membre du Bureau du CSN en charge des affaires immobilières notariales ont procédé à l'ouverture des travaux.Me Frédéric Violeau, Président de l’Institut […]
    webmestre
  • Présentation du Nouveau Bureau du Conseil supérieur du Notariat 2020-2022 jeudi 22 octobre 2020
    David Ambrosiano, 50 ans, notaire à Fontaine (Isère), a été élu Président du Conseil supérieur du notariat au cours de l'Assemblée Générale qui s'est déroulée les 20 et 21 octobre 2020.Découvrez la composition du nouveau Bureau du Conseil supérieur du notariat
    webmestre
  • Les propositions adoptées par le 116ème Congrès des notaires jeudi 15 octobre 2020
    Le 116ème Congrès des notaires de France abordait cette année la thématique de la protection.1ère partie : Protéger les vulnérables Les défis du grand âge Le mandat de protection future en détails2ème partie : Protéger les proches Les nouveaux enjeux, la plupart du temps mal connus, de la succession Mariage , Pacs ou union libre […]
    webmestre
  • 116ème Congrès des notaires : Protéger mercredi 4 mars 2020
    "Protéger sa famille et ses proches, protéger les plus vulnérables, protéger ses biens et ses droits… Autant d’interrogations au coeur de la vie des Français ! La protection sera le thème central du 116e Congrès des notaires de France ! C’est l’essence même de la mission du notaire, qui accompagne nos concitoyens à chaque étape-clés […]
    webmestre
  • Conférence de presse immobilière nationale 2019 mardi 10 décembre 2019
    La conférence de presse annuelle sur le marché immobilier en 2019 en France s'est tenue, ce mardi 10 décembre, au Conseil supérieur du notariat.Me Rozenn Le Beller, Membre du Bureau et Responsable du Pôle immobilier du Conseil supérieur du notariat et Me Stéphane Adler, Vice-Président de la Chambre des Notaires de Paris ont procédé à l'ouverture […]
    webmestre
  • Les propositions adoptées par le 115ème Congrès des notaires jeudi 6 juin 2019
    Le 115ème Congrès des notaires de France abordait cette année la thématique de l'International.La commission N°1 "S'orienter" du lundi 3 juinLes travaux de cette commission ont été dirigés par Me Caroline GINGLINGER-POYARD, Présidente - Notaire à Saint-Quentin Fallavier, et Me Marianne SEVINDIK, Rapporteur - Notaire à Rouen.La commission N°2 "Rédiger" du mardi 4 juinLes travaux […]
    webmestre
  • 115ème Congrès des notaires - L'international mardi 19 mars 2019
    "Le Congrès des Notaires se consacre à une réalité souvent méconnue. Tous les jours, des millions de Français interagissent à l’international. Par leurs relations familiales, parce qu’ils ont un parent qui vit loin de nos frontières ou un conjoint d’origine étrangère. Pour une vie au soleil ou pour leur travail, plusieurs centaines de milliers (plus […]
    webmestre
  • Loi de finances 2019 - Présentation et actualité fiscale vendredi 11 janvier 2019
    Laurence BRIDAY-LELONG notaire, et Nora VARTANYAN expert-comptable, font un tour d’horizon des dispositions impactant les revenus.
    webmestre
  • Conférence de presse immobilière nationale 2018 jeudi 13 décembre 2018
    La conférence de presse annuelle sur le marché immobilier en 2018 en France s'est tenue, ce jeudi 13 décembre, à la Chambre des notaires de Paris. Me Rozenn Le Beller, Membre du Bureau et Responsable du Pôle immobilier du Conseil supérieur du notariat et Me Stéphane Adler, Vice-Président de la Chambre des Notaires de Paris ont […]
    webmestre
  • Présentation du Nouveau Bureau du Conseil supérieur du Notariat 2018-2020 jeudi 25 octobre 2018
    Jean-François Humbert, 61 ans, notaire à Paris, a été élu Président du Conseil supérieur du notariat au cours de l'Assemblée Générale qui s'est déroulée les 23 et 24 octobre 2018.Découvrez la composition du nouveau Bureau du Conseil supérieur du notariat. 
    webmestre

La mixité, un outil d’accès à la socialisation

A la protection judiciaire de la jeunesse, l'accueil de filles au sein des groupes de jeunes pris en charge est acquis depuis longtemps. Si la proportion des filles accueillies reste réduite, la question de la mixité n'en demeure pas moins une préoccupation forte pour les professionnels, l'objectif étant l'insertion des mineurs dans une société mixte.

Valeur républicaine, la mixité vise à faire vivre ensemble les différences en attendant de leur rencontre un enrichissement. Elle repose sur l'idée d'une complémentarité des diffé-rences sans que celle-ci soit nécessairement une évidence. Dans les établissements et ser-vices de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) comme à l'école, la présence de filles et de garçons est une donnée prise en compte et travaillée au quotidien. La mixité était d'ail-leurs au cœur de la dernière édition du Challenge Michelet. En 2013, 34 000 filles ont été prises en charge, toutes mesures confondues, par la PJJ contre 103 000 garçons. Dans les services de milieu ouvert, la part de filles suivies était de 12% contre 9% dans le cadre d'un placement et 6% en déten-tion. Si certes, les filles prises en charge sont largement moins nombreuses que les garçons, la PJJ ne peut faire l'économie d'une réflexion sur ce thème aussi bien en milieu ouvert qu'en matière de placement, de détention et dans les dispositifs d'insertion. Il est même essen-tiel de faire vivre la mixité dans les services puisque la société est par essence composée de femmes et d'hommes. Sur le terrain, le travail des profession-nels vise avant tout à gérer la mixité au quotidien lorsqu'il y a au moins une fille suivie mais aussi à travailler autour de la question de la mixité voire de celle de l'égalité femmes-hommes.

 

Relever le défi au quotidien

Quelque soit le dispositif, les interrogations existent : com-ment prendre en charge de façon adaptée les filles et les garçons concomitamment ?Quelles valeurs porter ? Sur quelle pédagogie se fonder et surtout comment gérer au quoti-dien les prises en charge de façon à apporter une réponse adaptée à chaque adolescent ?Stéphane Xavier-Grelet, la res-ponsable de l'unité éducative d'hébergement collectif (UEHC) de Villiers-le-Bel dans le Val-d'Oise, évoque son expérience : « Au sein de l'unité, nous avons accueilli au maximum quatre filles en même temps et, depuis janvier 2014, deux jeunes filles ont été prises en charge suc-cessivement. Je suis favorable à cette mixité même si les filles sont peu nombreuses car, selon moi, un foyer doit représenter ce qui se passe dans la société.

Cela demande de la vigilance supplémentaire mais l'impact est très positif en termes de socialisation et de dynamique de groupe. La présence de filles permet souvent d'apaiser le cli-mat, d'ouvrir la discussion et d'inciter les garçons à montrer le meilleur d'eux-mêmes. Certes, la mixité complexifie le travail éducatif mais, gérée en équipe par l'ensemble des pro-fessionnels, elle constitue un plus. Elle nous pousse à adap-ter notre manière de fonctionner et modifie un peu nos liens avec les garçons ». Une réflexion sur l'organisation de l'espace a été nécessaire, « au premier étage de l'UEHC, à côté de la cham-bre de veille, nous avons amé-nagé deux chambres et une salle de bains réservées aux filles pour offrir davantage d'inti-mité. La proximité avec la chambre de veille nous permet de surveiller facilement les allers-retours », précise Stéphane Xavier-Grelet.

 

Un levier éducatif

La mixité questionne le rapport à l'autre, à la famille et les représentations collectives et individuelles des jeunes pris en charge mais aussi des professionnels de terrain. Afin de soutenir les équipes éducatives dans leur tâche de sensibilisation, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse collabore depuis 1989 avec l'association de prévention et d'édu-cation « Je.tu.il... ». Ce partenariat, renouvelé par une conven-tion nationale signée le 12 novembre 2013, a donné lieu à des interventions auprès de 187 jeunes et à la formation de 263 professionnels en Ile-de-France entre 2011 et 2013. L'association crée, en effet, des outils audiovisuels à visée éducative, inscrits dans la réalité et les préoccupations des adolescents. Deux programmes sont aujourd'hui particulièrement utilisés par la PJJ. Le documentaire « Cet autre que moi » a pour objectif d'amener les jeunes de plus de 12 ans à s'in-terroger sur les représentations qu'ils se font de l'Autre, à l'âge de l'éveil à la sexualité. Le sup-port « Ce je(u) entre nous » comprend un court-métrage et une mosaïque de connaissances avec les réponses de professionnels de la santé, de la police et de la justice sur le thème de la responsabilité recouvrant la question du consentement, de l'orientation sexuelle et de l'apprentissage de l'altérité.
Pour Bernard Bétrémieux, directeur de « Je.tu.il... », et Virginie Dumont, responsable pédagogique de l'association : « L'objectif est d'accompagner les professionnels dans le travail qu'ils mènent au quotidien autour de la mixité. Renforcer l'éducation à la responsabilité sexuelle et affective des jeunes en déconstruisant les stéréotypes à l'œuvre dans les relations entre les sexes, mais aussi entre les garçons ou entre les filles, est l'un des leviers qui permet de diminuer les comportements à risques et de renforcer les compétences psychosociales ». Cela passe aussi par la formation des éducateurs, des responsables d'unités éducatives et des directeurs de service. « L'association a développé un programme de Formation-Action », précise Bernard Bétrémieux. « La première étape consiste en un temps de formation sur site pour permettre aux professionnels de clarifier leurs positions et d'enrichir leurs connaissances. La seconde est la mise en acte des acquis de la formation c'est-à-dire l'adaptation des pratiques et le déploiement d'actions et d'espaces d'échanges avec les jeunes ».
Ainsi, à l'instar du développement de la mixité au sein de l'Education national, la mixité à la PJJ s'est imposée de fait. A chaque équipe aujourd'hui de se l'approprier et de lui donner un sens.

Commenter n'est pas autorisé pour le moment