Qui dit Impôt dit Duflot

Vigilance Météo

Vigilance Météo France

Handicap : une journée en duo pour découvrir un métier

Le 26 avril 2018, le DuoDay a offert la possibilité à Élodie de découvrir le milieu de la communication. En immersion au sein des équipes de la DICOM, elle a procédé aux interviews des différents participants pour alimenter cet article.

Au sein du ministère de la Justice, Élodie a rencontré Afoussatou et Dan Albert à la direction de l'administration pénitentiaire (DAP) puis Sira à l'unité de dépenses de la direction des services judiciaires (DSJ). Chacun des trois était accompagné de leur tuteur respectif.

Elodie : Que pensez-vous de l'initiative DuoDay ?

Dan Albert : « c'est une très bonne initiative. Elle me permet de mettre un pied dans la fonction publique et de voir le fonctionnement d'une institution comme le ministère de la Justice. »

Afoussatou : « l'initiative conforte mon désir de travailler au sein de la fonction publique. L’expérience est idéale pour cibler sa recherche d'emploi »

Elodie : Tirez-vous un bénéfice de cette journée?

Dan Albert : « une journée enrichissante, positive et j’espère que ça portera ses fruits ! Je laisse mon CV au cas ou... »

Afoussatou : « oui clairement mais une journée ce n'est pas suffisant. »

Sira : « il est dommage de ne pas pouvoir suivre un dossier du début à la fin. Participer à DuoDay est très intéressant mais un peu frustrant car on n'a pas le temps d'approfondir. »


Une expérience à renouveler

« L'année prochaine je suis prêt à réitérer l’expérience de tuteur » a déclaré Manuel Mesquita, tuteur pendant le DuoDay.

Les personnels chargés du tutorat des personnes en situation de Handicap ont tous été réjouis de l’expérience. De manière unanime, ils saluent une initiative positive, simple à mettre en place. « La journée passe trop vite » est la seule réserve entendue lors de notre passage.

Idéalement certains émettent l'idée de renouveler l’opération pendant 2 ou 3 jours sur des postes vacants pour que l'initiative soit complète.Áréfléchir pour les prochaines éditions.

 

Droit des contrats, quelles innovations ?

La loi ratifiant définitivement l'ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, a été publiée au Journal officiel le 21 avril 2018.
Des modifications limitées

Droit des contrats, quelles innovations ? © Chrystel LacèneLa réforme du droit des contrats est désormais définitivement achevée. Après plusieurs mois de débats, les parlementaires ont adopté début avril un projet de loi de ratification, donnant une valeur législative et symbolique à cette réforme historique du code civil. Seule une vingtaine des près de 350 articles que contient l’ordonnance ont été modifiées, afin de rectifier des imperfections et de préciser certaines dispositions. Le nouveau texte apporte par exemple une définition plus complète du contrat d’adhésion (« celui qui comporte un ensemble de clauses non négociables, déterminées à l'avance par l'une des parties »).

Les innovations du droit des contrats

Si elle  a codifié les nombreux apports de la jurisprudence au code civil de 1804, telles que la sanction de l’abus de l’état de dépendance d’une partie ou l’exigence de bonne foi à tous les stades de la vie d’un contrat, cette réforme a également introduit de nouvelles règles plus lisibles, protectrices et attractives : possibilité de remédier à l’inexécution d’un contrat sans avoir recours au procès, d’adapter un contrat que des bouleversements économiques imprévisibles rendraient économiquement intenable pour l’une des parties, de supprimer des clauses abusives, ou bien de recourir à une « action interrogatoire ».

Ces nouvelles dispositions, qui concernent tous les types de contrats  (vente, bail, assurance, entreprise, prêt…), s’adressent tant aux particuliers qu’aux acteurs économiques.